Restez connectés avec la cnep

Ne manquez aucun rendez-vous, suivez l'actualité de la cnep en vous inscrivant à la newsletter !

CNEP

Chambre syndicale française des Négociants et Experts en Philatélie

La pièce philatélique du mois

faciale omise

Les négociants membres de la C.N.E.P. nous présentent les pièces hors normes qu'ils ont la chance de voir passer entre leurs mains. Ce mois-ci, Valentino Pagnanini, spécialiste des variétés, présente une rareté moderne : le timbre émis en 2008 représentant le tableau Jeune fille se chauffant les mains à un grand poêle avec la variété « valeur faciale omise » (Yvert et Tellier n°4286a).


En 1961, la France fait figure de précurseur en étant parmi les premiers pays à émettre des timbres reproduisant des tableaux célèbres (en l’occurrence, Le Messager de Braque, Les Nus bleus d’Henri Matisse, Les Joueurs de cartes de Cézanne et le 14 juillet de La Fresnaye). Le succès est au rendez-vous : les philatélistes plébiscitent cette émission qui transforme leurs albums en petits musées personnels et leur permet de redécouvrir des chefs d’œuvre de la peinture. L’administration postale réédite donc l’expérience dès 1962 (avec, cette fois-ci, un Courbet, un Manet et un Géricault) et il ne ne se passe pas, depuis, une année sans que de nouvelles œuvres ne soient timbrifiées.

En 2008, c’est au tour du peintre alsacien Jean-Jacques Henner (1829-1905) de voir une de ses toiles mises à l’honneur. « Henner était un portraitiste comblé d’honneurs de son vivant, reconnu notamment pour son sens aigu de la lumière et des ombres, mais quelque peu injustement oublié depuis. » précise Valentino Pagnanini. « Son tableau le plus connu est sans doute L’Alsace, elle attend, le portrait d’une Alsacienne en deuil portant sur sa coiffe une cocarde tricolore, destiné à déplorer la perte de cette région, annexée par l’Empire allemand à la suite de la guerre de 1870. Mais j’ai pour ma part une affection particulière pour l’œuvre que la Poste a choisi de timbrifier, la Jeune fille se chauffant les mains à un grand poêle, un tableau de 1855 actuellement exposé au musée Sundgauvien d’Altkirch. Il faut savoir qu’Henner, qui était issu d’une modeste famille de cultivateurs, a pris comme modèle sa propre sœur, assise dans une ferme devant un poêle typique de la région alsacienne. Le résultat est une scène touchante, pleine de simplicité, de laquelle émane une profonde tendresse. »

Mais au-delà du talent de l’artiste, ce qui fait pour un philatéliste l’intérêt du timbre présenté dans cet article, c’est bien-sûr le fait qu’il s’agisse d’une variété spectaculaire : sans la valeur faciale à 0,88 € ! « Les variétés « valeur faciale omise » sont très recherchées et constituent de manière générale le haut de gamme de la philatélie moderne. » indique Valentino Pagnanini. « Mais je dois dire qu’avec ce Henner, on touche véritablement à l’exceptionnel. Il s’agit d’une découverte majeure. Il n’existe en effet que quelques exemplaires connus de ce timbre et aucun d’entre eux n’a jamais été, à ma connaissance, proposé en vente sur offres, ce qui démontre incontestablement leur rareté. L’exemplaire que je présente ici a, bien entendu, été expertisé et signé par un expert reconnu (en l’occurrence la maison Calves), comme il se doit pour une pièce d’une valeur aussi importante. »

Et de poursuivre : « Une anecdote amusante est que cette variété a été découverte en Alsace, dans la région de Strasbourg… Je suis certain que Henner, qui aimait tant sa région natale, aurait été amusé de cette coïncidence. »


 Valentino Pagnanini, négociant en timbres-poste depuis 1975, est spécialiste des variétés, avec pour mot d’ordre « La passion de l’exception ». Présent dans les grands salons philatéliques. Par correspondance uniquement.

Valentino Pagnanini, 35 avenue des Champs-Elysées, 75008 Paris. Tél. : 01 43 59 76 98. E-mail : pagnanini@noos.fr

Dans
Blog
Le Mercredi 04 Octobre 2017 à